Mei Narusawa, lauréate 2017 du Concours national de la meilleure baguette de tradition française. © Sylvie Robin

Convivialité & Gastronomie

La meilleure baguette de tradition, un pont entre l’Alsace et le Japon

Du 15 au 17 mai 2017

Le 4e Concours national de la meilleure baguette de tradition a dévoilé son palmarès 2017. Cette année, la meilleure ambassadrice du savoir-faire boulanger à la française est… japonaise !

Ce mercredi 17 mai, sous le chapiteau de la Fête du pain installé sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris, on hume, on rompt, on goûte. Poids, taille, aspect, croustillant, arôme, couleur de la croûte et de la mie, alvéolage, mâche, goût… Aucun critère n’est négligé. L’objet de cette inspection rigoureuse et approfondie : désigner les meilleurs spécimens d’une icône de nos boulangeries, la baguette de tradition française.

Point d’orgue de l’édition parisienne de la 22e Fête du pain, le Concours national de la meilleure baguette de tradition française s’est déroulé du lundi 15 au mercredi 17 mai. Organisées par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, partenaire historique d’AG2R LA MONDIALE, ces trois journées de compétition intensive ont départagé les vingt lauréats des sélections régionales qui concourraient pour le titre national. Après les épreuves qualificatives, la finale a opposé les six meilleurs d’entre eux.

Un emblème du paysage gastronomique français

Les candidats ont disposé de six heures pour fabriquer 40 baguettes, sur place et sous les yeux du public. Une occasion unique pour les visiteurs d’apprécier le travail des boulangers et d’observer de près un procédé de fabrication strictement règlementé et inchangé depuis les années 1930 : pétrissage modéré, farine sans adjuvants ni améliorants, fermentation longue permettant le développement optimal des arômes, façonnage délicat et respectueux de la pâte, cuisson précise et maitrisée jusqu’à la sortie du four…

À l’issue de la séance de notation, le jury de professionnels présidé par Pascal Barillon – lauréat du Concours de la meilleure baguette de Paris 2011 – a rendu son verdict. Pour la première fois, le premier prix a été décerné à une jeune femme, Mei Narusawa, 34 ans, employée à la boulangerie Durrenberger à Mertzwiller (Bas-Rhin) après avoir exercé son métier au Japon, à Nice et à Paris. Benoît Lalande, 25 ans, de Cazals (Lot) et Franck Jeannin, de Saint-Vit (Doubs) remportent respectivement les deuxième et troisième prix.

 

RETOUR EN IMAGES SUR LA MANIFESTATION :

L'auteur de l'article

L'équipe éditoriale INSTANT Vitalité

Les articles du même auteur

Partager cet article

Pour poursuivre la lecture