Convivialité & Gastronomie

Portrait gourmand #2 : Carole Gaillard-Samzun

Novembre 2016

Pour INSTANT Vitalité, Carole Gaillard-Samzun, dirigeante de l’agence Chais Elles et membre de l’Académie de Gourmandise, se dévoile en se livrant à un questionnaire gourmand.

Rien ne prédisposait Carole Gaillard-Samzun, chercheur en littérature latino-américaine, à basculer dans le monde du vin. Comme dans toutes les belles histoires de reconversion, tout a commencé par une rencontre, il y a vingt ans. Un coup de foudre… pour un jurançon, dégusté en Bretagne un soir d’été, en accompagnement d’un foie gras. La nantaise n’aime alors ni le vin, ni le foie gras, mais se laisse tenter par le breuvage à la robe jaune or et aux arômes de miel.

Cette révélation suscite chez elle l’envie d’apprendre les cépages et les terroirs, de comprendre le processus de vinification, de former son œil, son nez et son palais à la dégustation. Elle suit alors des cours d’œnologie et découvre un univers exclusivement masculin, trop académique, un peu pompeux. Très éloigné de son approche épicurienne et charnelle du vin.

Carole crée donc son agence évènementielle, qu’elle baptise Chais Elles. Pour parler du vin à sa manière, mais aussi de son admiration pour ces femmes vigneronnes qui évoluent, avec une audace et un savoir-faire indéniables, dans ce monde d’hommes. Pour mettre en lumière celles qui reprennent le domaine familial ou se lancent par passion dans cette âpre aventure, mais dont le prénom n’apparait que rarement sur les étiquettes. Ces femmes qui élaborent des vins plus complexes, plus aboutis, plus élégants, et qui en parlent de façon très singulière, avec une émotion et une sensibilité pleinement assumées.

Le 8 mars 2013 – journée internationale de la femme –, son premier Salon des vigneronnes à Nantes rencontre le succès. Et fait dès lors de Carole la plus ardente ambassadrice des vins de femmes et des femmes de vin.

 

Votre « madeleine de Proust » ?

Ce fameux verre de jurançon qui a tout déclenché bien sûr ! Mais j’ai aussi un vrai penchant pour le chocolat. J’apprécie tout particulièrement le sacher, un entremet moelleux et fondant. Un gâteau emblématique pour moi, associé à mon enfance et à tous les évènements forts de ma vie. Le dessert qui me fait fondre et qui réveille en moi beaucoup de jolis souvenirs.

Le plat ou le produit qui affole vos papilles ?

La blanquette de veau, qu’il m’arrive de cuisiner lorsque j’ai le temps. Celle de ma grand-mère était extraordinaire. J’ai d’ailleurs des effluves et des saveurs qui me reviennent en mémoire à son évocation…

Le plat ou le produit qu’il ne faut JAMAIS vous servir ?

Rien à faire, je n’aime toujours pas le foie gras ! Je ressens une véritable aversion pour sa texture et son aspect. Bref, une incompatibilité totale entre lui et moi… Ce n’est pas très politiquement correct dans ce portrait censé faire l’éloge de la gastronomie française, mais j’assume !

L’adresse gourmande que vous tenez à garder secrète (excepté pour INSTANT Vitalité…) ?

J’ai toujours plaisir à revenir au Relais du Parc, avenue Raymond Poincaré à Paris. Leur cuisine est extraordinaire : c’est la tradition revisitée et modernisée, faite d’accords terre-mer ou sucré-salé très surprenants. Et à des prix tout à fait abordables ! Une très belle façon de partager et de mettre à l’honneur la gastronomie française.

C’est vous le chef ! Qu’allez-vous nous préparer ce soir ?

Lorsque des amis s’annoncent, mon plat de prédilection est sans conteste le curry. Agneau ou lotte, mijoté avec du lait de coco et de la pâte de curry. C’est un plat convivial, facile et rapide à préparer, qu’il suffit de réchauffer au dernier moment – il n’en sera que meilleur – pendant que l’on s’extasie sur un vin, sans avoir à craindre l’excès de cuisson. Un plat qui fait toujours de l’effet et qu’il est absolument impossible de rater, mais ça, il ne faut pas le dire !

Et si nous partions en voyage…

Je pars pour la Corse illico ! Une de mes destinations favorites, pour ses vins bien évidemment, très élégants. Mais aussi pour ses fromages, notamment les brebis secs et goûteux dont je me délecte sans modération. En revenant, je fais un détour par l’Alsace, aux cépages uniques et à la cuisine riche mais gourmande, conviviale, généreuse. On s’y sent comme à la maison. La définition-même du terroir selon moi !

Aller plus loin

L’ACADÉMIE DE GOURMANDISE

Créée à l’initiative de Jean-Yves Grand, ancien Secrétaire général de l’équipe cycliste AG2R LA MONDIALE et de quelques amis stéphanois, l’Académie de Gourmandise a pour ambition de promouvoir le bien-manger, les bons produits et les métiers de bouche en France. L’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (APCMA) et AG2R LA MONDIALE ont rejoint l’Académie en tant que partenaires principaux. Aujourd’hui, plus de 600 académiciens issus de toutes les régions de France et d’univers professionnels divers en sont les ambassadeurs.


LIRE AUSSI :

Portrait gourmand #5 : Ludovic Bisot
Portrait gourmand #4 : Bernard Kuentz
Portrait gourmand #3 : René Doche
Portrait gourmand #1 : Werner Küchler

 

L'auteur de l'article

L'équipe éditoriale INSTANT Vitalité

Les articles du même auteur

Partager cet article

Pour poursuivre la lecture